Vous êtes ici : Accueil du site Auteur Ma notoriétéDans la presse
Les données de ce site sont mises à disposition sous un contrat Creative Commons. Creative Commons License
10 visiteurs actuellement connectés
Journal du dimanche
Le cri d’alarme des "psys"
Interview : Olivier Joly
janvier 1994
LES SPORTIFS sont-ils en danger ? L’agression dont a été victime Nancy Kerrigan venant après celle de Monica Seles, la question vaut d’être posée. A la barre, Claire Car­rier, médecin du sport, psychiatre et psychanalyste rattachée à l’INSEP, et Fran­çoise Champignoux, psycho- thérapeute spécialiste du sport. Les « psys » tirent la sonnette d’alarme.

Comment interprétez-vous les agressions dont ont été victimes ces deux sportives ?

Il s’agit de toute façon d’un acte pathologique. Les agresseurs ont utilisé la médiation du sport pour exprimer quelque chose. Ils doivent transgresser la règle établie pour être reconnus. En fait, ils lancent un appel au secours.

Pensez-vous que les sportifs sont de plus en plus menacés ?

Oui. Car les champions sportifs sont de plus en plus médiatisés. Ils ne sont plus protégés par ce mystère, cette aura qui en faisaient des êtres d’exception. Ils sont devenus accessibles, donc désirables mais aussi odieux car ils ont réussi. Le public vibre pour eux mais se sent capable de les détruire.

Le fait que les victimes soient deux jeunes femmes est-il un hasard ?

Non, car le moteur de l’agression est une pulsion sexuelle. Il y a érotisation du geste sportif. D’où l’amour que prétendait porter l’agresseur de Seles pour Steffi Graf. La patineuse, elle, dégage sur la glace une séduction très forte.

Nang jerrigan a d’abord été filmée par son agresseur. Voyez-vous une signification à ce geste ?

Cela marque une volonté de s’approprier la patineuse avant de la détruire. Cet homme a ainsi l’impression d’avoir tout pouvoir sur elle. Il va au bout de sa possession.

Quel traumatisme ces jeunes filles peuvent-elles avoir subi ?

Pour reprendre la compétition, elles vont devoir affronter le même public, lui faire confiance. C’est difficile, car elles se croyaient jusqu’à pré- sent en sécurité. La désillusion peut être aussi grave que le traumatisme physique. Une patineuse doit pouvoir exprimer son pouvoir de séduction. Maintenant, elle risque de se dire : si je séduis trop, je peux me faire agresser.

Faut-il craindre que un jour, ces gestes aillent jusqu’à l’homicide ?

Bien sûr. Ces bouffées délirantes peuvent aller très loin. Il aurait suffi que le couteau atteigne un organe vital de Monica Seles...’ »

 

Répondre à cet article
Cet article est lié aux thèmes suivants :